À propos de moi

Un jour, au petit-déjeuner, mon fils m’a demandé ce que je ferais après avoir pris ma retraite. Il m’a suggéré de suivre à vélo une personne célèbre. En tant qu’ancien élève du Gymnasium Erasmianum, ancien professeur à l’université Erasmus Rotterdam et professeur d’échange dans le cadre du program ERASMUS, j’ai immédiatement pensé à Érasme et c’est ainsi qu’est née l’idée d’Erasmus XXI.

Gymnasium Erasmianum

Photo de la classe 5 beta en 1972 avec notre professeur de classe et la statue d’Erasme (photo : Kannegieter) ; je suis assis quatrième à partir de la gauche à l’avant.

On avait encore école le samedi au Gymnasium Erasmianum. Ainsi, pendant six ans, toutes les semaines d’école, je suis passé devant la statue de l’homonyme de notre lycée, Desiderius Erasmus. La statue, un moulage en polyester de la statue d’Hendrik de Keyzer de 1622, avait apparemment été retouchée pour la photo de classe de 1972 afin de servir de toile de fond.

Nous avions un professeur de lettres classiques, Van der Blom, qui était un vrai fan d’Érasme ; le dernier cours avant les vacances était toujours consacré à “quelque chose d’amusant”, et nous n’avons pas traduit Homère, mais lu un texte d’Érasme ou sur Érasme. J’avoue qu’alors cela ne m’a pas toujours beaucoup intéressé, mais j’ai quand même appris qu’Érasme méritait d’être suivi, notamment en raison de son beau latin et parce qu’il était un humaniste, ce qui était un humanisme différent de celui d’aujourd’hui.

Université Erasmus

Desiderius Multiplex (photo par moi)

Vers 2000, j’ai travaillé pendant plusieurs années à la faculté d’administration des affaires de l’université Erasmus. Après une défense réussie de leur thèse, les étudiants fraîchement diplômés ont été photographiés avec du champagne et des fleurs devant – à nouveau – une sculpture d’Érasme, une autre copie de la sculpture de De Keyzer. En 2009, l’artiste Gerard Frishert a réalisé la sculpture Desiderius Multiplex, qui remplace le plâtre. La pile de livres sur laquelle il repose suscite le commentaire de nombreuses personnes qui se disent heureuses d’en avoir fini avec tous ces épais dépliants.

À mon avis, la plupart des étudiants n’ont rien lu d’Érasme en cinq ans d’études, mais ils admirent probablement sa passion pour les voyages et le travail, qui l’a rendu si célèbre. Et j’ai l’impression que les enseignants et les professeurs savent aussi qu’Érasme était orienté vers l’international, mais ce qu’il a réellement dit n’est pas clair pour beaucoup.

Programme Erasmus

Échange Erasmus à Katowice octobre 2017 avec le logo; photo: André Woudenberg

De 1978 à 1979, j’ai étudié les mathématiques à Paris pendant un an dans le cadre d’un échange bilatéral entre la France et les Pays-Bas. Il n’y avait pas de programme ERASMUS à l’époque, donc emporter des crédits avec moi n’existait pas. C’est le cas depuis les années 1980. Et jusqu’à 2020 (corona), j’ai quitté l’université des sciences appliquées d’Inholland une ou deux fois par an pour me rendre dans une école supérieure ou une université étrangère dans le cadre du programme ERASMUS. J’ai alors dit en guise d’introduction que j’étais né à Rotterdam, tout comme le célèbre Érasme. Certains étudiants ont alors compris que l’acronyme de “EuRopean community Action Scheme for the Mobility of University Students” faisait référence à une personne, mais la plupart d’entre eux ont réalisé qu’Érasme était un Européen avant la lettre.

Logo original du programme Erasmus (Wielemans, 1991)

Cette dénomination est apparue de manière plutôt ambiguë, comme le souligne Wielemans (Erasmus assessing ERASMUS, 1991) : La Commission européenne, lorsqu’elle présente le programme ERASMUS, ne fait aucune référence à Desiderius Erasmus dans le texte, mais utilise son image comme logo. Alan Smith, responsable du programme d’échange à l’époque, aurait inventé ce nom sous la douche en s’inspirant d’Erasme comme d’un érudit européen universel et transfrontalier (30 Jahre Erasmus: “Man verliebt sich nicht in einen Binnenmarkt”, DAAD, le 18 septembre 2017).

Conférence d’adieu “Erasmus sur l’économie durable

Curriculum vitae

Pieter van der Hoeven

  • 1955: Né à Rotterdam
  • 1967-1973: Gymnasium Erasmianum
  • 1973-1983: Études en mathématiques à l’université de Leiden (et à Paris); doctorat 1983
  • 1983-2000: Hoogovens Staal (actuel Tata Steel Nederland): consultant en organisation, responsable de la logistique
  • 2000-2002: Professeur associé Faculté d’administration des affaires, Erasmus Universiteit
  • 2002-2005: Professeur de mathématiques en enseignement secondaire
  • 2005-2022: Hogeschool (Université es sciences appliquées) Inholland: Professeur en finance (Gagner de l’argent dans l’économie durable), professeur d’échange Erasmus à Berlin, Bonn, Katowice, Lyon, Osnabrück et Troyes.
  • depuis 2022: Erasmi Alumnus

Profil LinkedIn